Article rédigé par Antoine SENEX

Les premières recherches historiques sur les origines du métier de détective privé jusqu’à l’Occupation condensées dans un livre de 361 pages.

Paru aux éditions PLON en 2000 et écrit par Dominique Kalifa.
Les éditions Nouveau monde ont racheté les droits et l’ont réédité en 2007 sous le titre Histoires des détectives privés en France 1832-1942

Histoires des détectives privés en France 1832-1942

Le régime libéral de la Monarchie de Juillet a été le terrain fertile qui a vu naître les premiers cabinets de détectives privés en France. Les échanges commerciaux se libéralisant, les détectives vont devenir des collaborateurs précieux pour enquêter sur les débiteurs, des concurrents ou faire de la veille économique.

François-Eugène VIDOCQ fut l’un d’eux et de par son passé atypique et prestigieux est considéré comme le père de la profession. Ainsi, c’est lui qui «  a donné au métier un style et une orientation qui devaient le marquer pour longtemps”.

L’activité va vite se développer et vers 1840 c’est plus de deux cents agences à Paris qui prospéraient.

C’est sous le Second Empire que les cabinet de police privée vont s’implanter en province.

Spécialisés dans les enquêtes à destination des entreprises, ils vont par la suite se diversifier et s’intéresser aux affaires de successions et matrimoniales.

Ce n’est qu’au début du 20ème siècle qu’il vont développer des surveillances et filatures à destination des particuliers et écorné leur réputation jusque là préservée.

Police et détective privé : une histoire parallèle

Police et détective privé sont liés à bien des égards même s’ils le sont de moins en moins.

Ainsi, l’auteur revient tout d’abord sur l’état de la police au 19ème siècle, police municipale non centralisée pour plus de cohérences avec les enjeux locaux. La police va définitivement se centraliser que sous l’occupation sur demande expresse de l’occupant allemand afin de mieux contrôler l’ensemble des services.

C’est également l’Allemagne d’Hitler qui demandera à réglementer la profession de détective privé pour les mêmes raisons.

Les premiers détectives étaient très souvent d’anciens policiers. Ainsi sur les 120 détectives parisiens qu’il a étudiés entre 1890 et 1914, il y avait près d’un tiers d’anciens policiers. Souvent mis sur la touche par leur corporation d’origine, ce sont donc des personnes aux méthodes et à la morale peu reluisante qui vont faire la réputation du métier.

Dominique Kalifa, l’auteur

Historien agrégé, spécialiste du crime et de ses représentations sur la période 19ème/début20ème, Dominique Kalifa dirige le Centre d’histoire du 19ème siècle à Paris 1 Panthéon-Sorbonne. Egalement professeur Sciences Po Paris, il a rejoint l’Institut Universitaire de France en 2015.

Comme tout historien, il s’est appuyé sur toutes les archives disponibles (archives judiciaires, de la police…), la littérature policière, les travaux de ses pairs…

Plus d’informations sur le livre à travers sa fiche de lecture réalisée par
Jean-Jacques Yvorel de la Revue d’histoire du 19ème siècle.

 



Il est possible de contacter SENEX Détective privé par téléphone au 09 51 75 66 09 ou sur la page contact.

Ecrire un commentaire :

*

Votre courriel ne sera pas publié.

© 2003-2017 - SENEX Détective privé
34 bd des Italiens PARIS 9 - Tél : 09 51 75 66 09 - AUT- 0 75 – 2 1 15 -0 9 – 16 – 20 16 0 5 3 8 2 5 9
3 bis villa Jean Godard PARIS 12 - Tél : 07 64 08 06 83 - AUT- 0 75 – 2 1 16 -0 4 – 2 7 – 20 17 0 5 9 6 1 6 8
CNAPS : AGD- 0 7 5 -2 11 5 - 0 9- 16 - 20 16 0 5 3 8 2 5 6 et CAR - 0 75 - 20 2 2- 0 4 -2 1- 20 17 6 0 5 3 8 2 5 6
Detective privé Paris | Plan du site | Mentions légales